Tyler Mislawchuk remporte une deuxième victoire en Coupe du monde de triathlon avec une victoire au Mexique

HUATULCO, Mexique—Plus tôt cette semaine, le Canadien Tyler Mislawchuk a déclaré qu’il visait l’or à la Coupe du monde à Huatulco, au Mexique.  C’est exactement ce qu’a fait l’athlète classé premier chez les hommes, remportant sa deuxième victoire en Coupe du monde de la saison 2019 et de sa carrière, dimanche.

L’athlète originaire d’Oak Bluff, au Manitoba, a composé avec la chaleur extrême du Mexique où il s’est démarqué de la concurrence pour afficher un temps gagnant de 55:04 à l’épreuve de distance sprint.

« Vous pouvez voir de quoi j’ai l’air. Il faisait chaud aujourd’hui. Mais je me sentais bien. J’ai couru ma propre course dès le départ et ça a marché « , a dit Mislawchuk, épuisé, qui est devenu en mars le premier Canadien en six ans à monter au sommet du podium de la Coupe du monde.

« Je n’aurais jamais pensé gagner une seule fois de ma carrière, alors pour en gagner deux, je suis aux anges. We the north ! »

Après avoir fait un clin d’œil aux Raptors de Toronto à qui il ne manque qu’une victoire pour remporter leur premier titre de la NBA, le Manitobain a fait le point sur une course sur laquelle il espère s’appuyer dans un an aux Jeux olympiques de Tokyo, qui auront lieu dans un environnement aussi chaud que celui-ci, à l’été 2020.

Mislawchuk a démontré sa force dans la chaleur, profitant d’une excellente étape de nage de 750 mètres avec départ de la plage, où il a été le premier à sortir de l’eau et à enfourcher le vélo pour compléter les quatre tours sur le parcours relativement plat. Mislawchuk, 24 ans, a pris le contrôle de la course lorsqu’il s’est élancé à la course après être entré en deuxième transition avec plusieurs autres coureurs.

« Tout le monde était rapproché après un kilomètre, mais on pouvait voir l’effet de la chaleur sur les athlètes », a dit Mislawchuk, qui a fait un geste audacieux au début du premier des deux tours en route vers la médaille d’or.

« C’est toujours plus difficile de courir tout seul, et de ne pas se nourrir des autres autour, mais je me suis dit que j’allais tout donner dès le départ. C’était un risque, mais ça a marché aujourd’hui. Les supporters mexicains m’ont accueilli comme si j’étais l’un des leurs. C’était assez spécial. Je me rends chez moi lundi pour voir ma famille pour la première fois en six mois et j’ai hâte de prendre une bière avec les parents et de fêter ça. »

Mislawchuk a commencé à célébrer dimanche en partageant une bouteille de champagne au sommet du podium de la Coupe du monde avec l’Américain Morgan Pearson, qui a terminé deuxième à 55:11, et Manoel Messias, du Brésil, qui a fait un temps de 55:19 pour terminer troisième.

Matt Sharpe, de Victoria, a été le seul autre Canadien à se classer parmi les 10 premiers, terminant en sixième place avec un temps de 55:31. Alexis Lepage, de Gatineau, au Québec, s’est classé 11e à 55:38.

Depuis 2016, Mislawchuk a connu toute une série de hauts et de bas où il s’est régulièrement frotté à l’élite mondiale.

Au cours de l’année qui a suivi ses débuts olympiques à Rio, Mislawchuk a eu du mal à trouver sa place dans le top-10 en raison d’une blessure à une jambe. Maintenant en santé et en forme, l’aimable Canadien entame la saison 2019 en visant les Jeux de 2020, après avoir renouvelé son engagement envers le processus et être déménagé au Centre national de performance de Triathlon Canada à Victoria pour travailler avec l’entraîneur Jono Hall.

Au cours de la dernière année, il est monté trois fois sur le podium en Coupe du monde, il a obtenu sa meilleure quatrième place en carrière dans la Série mondiale de triathlon à Yokohama, et il se mesure régulièrement aux 15 meilleurs triathlètes au monde.

La coéquipière olympique de Mislawchuk en 2016, Amélie Kretz, qui a aussi été la dernière Canadienne à entendre son hymne joué alors qu’elle se trouvait au sommet d’un podium de triathlon de la Coupe du monde en 2013, était la meilleure Canadienne de l’épreuve féminine de vitesse de la Coupe du monde dimanche.

L’athlète de 26 ans, originaire de Blainville, au Québec, a été mise au défi dans l’eau chaude et l’humidité élevée pour terminer 12e avec un temps de 1:01:54.

« C’était une course difficile aujourd’hui. L’objectif était de gérer la chaleur aussi longtemps que possible », explique Kretz. « J’ai eu un départ difficile à la nage, mais j’ai réussi à revenir dans le groupe principal. C’était une étape assez chaotique avec beaucoup de filles nerveuses sur le pavé accidenté, alors je suis restée près de l’avant. La course a été difficile. J’ai eu très chaud pendant tout le trajet, mais j’ai commencé à me sentir mieux au deuxième tour.

« Je retourne lentement là où je veux être, mais j’ai encore beaucoup de travail à faire. »

Summer Rappaport, des États-Unis, a pris la première place dans la course féminine avec un temps de 1:00:56. La Russe Alexandra Razarenova a obtenu la médaille d’argent en 1:01:05, tandis que l’Autrichienne Lisa Pertererer a remporté la médaille de bronze en 1:01:18.

Résultats masculins complets: https://www.triathlon.org/results/result/2019_huatulco_itu_triathlon_world_cup/336926

Résultats féminins complets: https://www.triathlon.org/results/result/2019_huatulco_itu_triathlon_world_cup/336927

Joanna Brown termine 16e à la Série mondiale de triathlon à Leeds

Joanna Brown était la seule Canadienne à s’aligner au départ de la Série mondiale de triathlon à Leeds, en Grande-Bretagne, dimanche.

La jeune femme de 26 ans a puisé dans ses réserves dès le départ pour s’accrocher tout au long des étapes de nage de 1,5 kilomètre, de vélo de 40 kilomètres et de course à pied de 10 kilomètres, où elle a obtenu une 16e place en 1:59:48 sur ce qui est reconnu comme l’un des parcours de triathlon les plus exigeants au monde.

« C’était loin d’être une journée solide pour moi, a dit Brown. « C’est certainement l’une des courses les plus difficiles du circuit, et j’ai souffert dès le départ. J’ai plutôt manqué d’énergie aujourd’hui, mais j’ai fait de mon mieux pour minimiser l’écart sur le vélo et m’habituer à courir sur des jambes fatiguées. »

Georgia Taylor-Brown, de Grande-Bretagne, a fait vibrer la foule locale avec une course en or pour remporter le titre à Leeds avec un temps de 1:55:46.

L’Américaine Katie Zaferes a terminé deuxième, avec un retard de 11 secondes, à 1:55:57. Jessica Learmonth, également de Grande-Bretagne, a réalisé un temps de 1:57:22 pour la médaille de bronze.

Conciliant un horaire à temps plein en Série mondiale de triathlon, Brown se rendra maintenant à Nottingham, en Grande-Bretagne, où elle rejoindra ses coéquipiers canadiens Amélie Kretz, Alexis Lepage et Michael Lori pour la Série mondiale de relais mixte de triathlon.

« Je m’efforce de tirer le plus de leçons possibles de chaque course et je continue de demeurer honnête après chaque course, » ajoute Brown. « J’ai hâte d’avoir quelques jours pour récupérer, réfléchir aux prochaines étapes et faire partie de l’équipe de relais le week-end prochain. »

Résutlats complets de l’épreuve féminine de la SMT: https://www.triathlon.org/results/result/2019_aj_bell_world_triathlon_leeds/336922

À PROPOS DE TRIATHLON CANADA

Triathlon Canada est l’organisme directeur du sport au pays. Des athlètes, des entraîneurs et des officiels de la base jusqu’à l’élite forment les plus de 22 000 membres de Triathlon Canada. Avec le soutien de ses précieux partenaires corporatifs – 94 FORWARD, 2XU Canada, Training Peaks, Zizu Optics– ainsi que la Ville de Victoria, le gouvernement du Canada, le Comité olympique canadien, le Comité paralympique canadien et À nous le podium, Triathlon Canada développe des champions olympiques, paralympiques et mondiaux dans toutes les disciplines. Pour plus d’informations sur Triathlon Canada, veuillez nous rendre visite sur  www.triathloncanada.com.

 

Pin It on Pinterest