Tyler Mislawchuk prend le 11e rang à l’ouverture de la Série mondiale de triathlon

ABOU DHABI—Le Canadien Tyler Mislawchuk s’est échappé de la concurrence pour livrer son meilleur résultat depuis les Jeux olympiques d’été de 2016 avec une 11e place à la course d’ouverture de la saison de la Série mondiale de triathlon lors d’un vendredi pluvieux à Abou Dhabi.

Mislawchuk, âgé de 23 ans, était l’un des deux hommes et deux femmes du Centre national de performance de Triathlon Canada à Victoria qui s’est présenté au quai de départ pour affronter une forte concurrence internationale dans les eaux et les routes de l’île Yas. Le résident d’Oak Bluff, au Manitoba, a affiché son meilleur résultat en près de deux ans, avec une 11e place en un temps de 58:07.

«Je suis ravi d’être de retour pour me battre au sommet», a déclaré Mislawchuk, qui a décroché plusieurs résultats parmi les 10 premiers il y a deux ans avant d’obtenir une 15e place lors de ses débuts olympiques à Rio. «J’ai poussé le parcours technique sur le vélo et je me suis retrouvé à l’avant avec un autre athlète dans une échappée. Je vais utiliser cet élan vers les Jeux du Commonwealth (en avril). »

Travaillant sans relâche pour retrouver sa meilleure condition physique, Mislawchuk a mis son entraînement hors-saison au Centre national de performance avec l’entraîneur Jono Hall à profit, et a livré. Se classant parmi les 20 premiers en sortant de la courte étape de 750 mètres, le Canadien à martlé le rythme sur le parcours de 20 kilomètres de vélo, avant d’utiliser toute son énergie pour obtenir la 11e  place de l’étape de 10 kilomètres de course.

Le Sud-Africain Henri Schoeman s’est fait un nom, se frayant un chemin vers le cercle des vainqueurs avec un temps de 57:03. L’Espagnol Mario Mola a terminé deuxième en 57:09, tandis que le Français Vincent Luis a complété le podium masculin en troisième avec 57:25.

Matt Sharpe, de Victoria, a atteint son objectif de se tailler une place dans le top-20. Se remettant d’une étape de nage difficile qui a été aggravée en tombant à l’extérieur de l’eau dans la première zone de transition, l’athlète de 26 ans a retrouvé son sang-froid et est resté détendu sur le vélo, où il a pu se frayer un chemin à travers la concurrence.

« La course elle-même était un carnage total, pour moi et pour les concurrents. Il a plu avant notre course et le parcours était difficile et les virages sont devenus dangereux », a déclaré Sharpe. « C’était une de ces journées où les gars tombaient de tous côtés. On aurait dit qu’à chaque coin quelqu’un tombait. Juste descendre du vélo en un morceau était un exploit aujourd’hui. Je me suis installé dans le deuxième groupe sur le vélo et j’ai juste essayé de me concentrer à être en bonne position dans les sections techniques. »

Sharpe a trouvé son rythme à l’étape de course et s’est hissé à la dernière place du top 20, arrêtant le chrono à 58:31.

L’histoire a été à peu près la même à l’épreuve féminine de distance sprint, avec les meilleures au monde ayant à composer avec un parcours mouillé à travers le désert. Mère Nature a volé la vedette, faisant tomber la plupart des grands noms sur le circuit de vélo, y compris la Canadienne Joanna Brown.

Après une bonne saison où elle était régulièrement sur le podium, Brown, âgée de 25 ans, s’est faufilée dans un peloton de neuf femmes sur le vélo après une bonne étape de nage. Assez forte dans ses trois premiers tours, la résidente de Carp, en Ontario est restée prudente et était en bonne position jusqu’à ce que sa journée se termine en raison d’une chute sur le pavé dans un virage serré à gauche.

« C’est très frustrant parce que je n’étais pas agressive et la prochaine chose que j’ai su, j’étais par terre », a déclaré Brown, qui a ajouté que le même virage a causé des chutes à 10 autres athlètes élites. « J’ai eu quelques larmes de douleur et de frustration dans la tente médicale. Il est difficile de quitter Abou Dhabi en sachant que j’aurais pu me battre pour une place sur le podium, mais nous passerons à la suivante. »

L’adolescente canadienne, Desirae Ridenour, a terminé au milieu du peloton contre 48 des meilleures triathlètes féminines du monde alors qu’elle participait à sa première course de la série mondiale de triathlon. La triathlète de 18 ans a été constante dans les trois disciplines en route vers une 23e place avec un temps de 1:03:02.

« Je suis arrivée à cette course sans aucune attente. J’ai eu une bonne étape de natation et je suis montée sur le vélo avec Joanna. J’ai essayé de rester sur sa roue, mais j’ai été incapable et je me suis retrouvée dans le peloton de poursuite », a déclaré Ridenour, qui a connu une excellente saison 2017 contre les meilleurs athlètes juniors du monde. « Heureusement, je n’ai pas chuté, mais c’est passé proche. Je suis restée conservatrice dans la côte à chaque tour. Dans l’ensemble, je suis contente de ce résultat compte tenu de la profondeur de la concurrence. »

Rachel Klamer, des Pays-Bas, a remporté sa première course de la Série monidale de triathlon avec un temps de 1:00:43. Jessica Learmonth, de Grande-Bretagne, a terminé 14 secondes plus tard en deuxième position à 1:00:57. L’Australienne Natalie Van Coevorden a terminé troisième avec 1:01:00.

Résutlats détaillés: http://bit.ly/2F6H8Ne

À PROPOS DE TRIATHLON CANADA

Triathlon Canada est l’organisme directeur du sport au pays. Des athlètes, des entraîneurs et des officiels de la base jusqu’à l’élite forment les plus de 22 000 membres de Triathlon Canada. Avec le soutien de ses précieux partenaires corporatifs – 94 FORWARD, 2XU, Training Peaks, Garneau, Zizu Optics, Zone3 – ainsi que le gouvernement du Canada, le Comité olympique canadien, le Comité paralympique canadien et À nous le podium, Triathlon Canada développe des champions olympiques, paralympiques et mondiaux dans toutes les disciplines. Pour plus d’informations sur Triathlon Canada, veuillez nous rendre visite sur  www.triathloncanada.com.

Pin It on Pinterest