Les paratriathlètes canadiens emportent l’or et le bronze à la maison pendant la Série mondiale de paratriathlon à Montréal

MONTRÉAL—Le Canadien Stefan Daniel continue sur sa lancée en or, et Jessica Tuomela et sa guide Marianne Hogan célèbrent leur première médaille de la série mondiale de paratriathlon ensemble vendredi matin à Montréal.

Daniel, âgé de 22 ans, a remporté son neuvième titre de la série mondiale de paratriathlon après une lutte serrée contre ses deux principaux rivaux, l’Allemand Martin Schulz et le Britannique George Peasgood, en sprint.

L’athlète de Calgary a roulé à toute vitesse sur le parcours le long du légendaire parc Jean-Drapeau, terminant avec un temps de 57:29.7 contre le peloton international le plus fort qu’il a connu depuis son troisième titre en championnat du monde en septembre dernier.

« C’était vraiment serré et c’était la première course de qualification pour les Jeux de Tokyo, alors je suis vraiment content de la journée, » a dit Daniel après avoir remporté une quatrième médaille d’or de suite.

« On ne sait jamais vraiment où en sont les autres avant de les affronter. J’avais vraiment hâte à cette course, car je savais qu’elle donnerait une bonne indication. »

Les meilleurs paratriathlètes au monde chez les hommes debout ont plongé dans le bassin Alexandra pour un 750 m à la nage tôt en journée, avant la montée de chaleur dans la métropole.

Daniel est sorti de l’eau en deuxième place et s’est élancé vers la première transition près de 45 secondes après Peaswood, qui a glissé dans l’eau à toute allure avant de donner le rythme pour parcours de 20 kilomètres à vélo qui avait lieu sur la piste de course de Formule 1 de renommée mondiale de Montréal.

« Peasgood nous a vraiment eus sur le vélo. Quand Schulz m’a dépassé, j’ai essayé de le suivre et de maintenir l’écart autant que possible, » a ajouté Daniel. « Je sais que j’ai beaucoup à travailler sur le vélo. Si je ne le fais pas, je ne gagnerais plus pour longtemps, car Peasgood domine. »

Après avoir laissé sa bicyclette à la deuxième transition, le Canadien à la voix douce a mis ses souliers de course et s’est concentré pour retrouver sa place sur le podium sur la boucle d’un kilomètre qui suivait le canal Lachine au grand quai du port de Montréal.

« J’avais du chemin à rattraper en course alors j’ai essayé de maintenir mon rythme autant que possible, » a-t-il ajouté. « La course est définitivement ma force. Je dois travailler pour améliorer mon vélo pour éviter de me fier autant à la course, mais c’est bon de savoir que j’ai des bonnes jambes si la première partie de l’épreuve ne va pas bien. J’ai rattrapé mon retard aujourd’hui et j’ai pris 600 m d’avance pour l’emporter. »

Shulz, le champion paralympique en titre, a terminé en deuxième place avec un temps de 58:03.5. Peasgood a dû se contenter du bronze en 58:08.8.

La montée des Canadiens sur le podium a continué dans la catégorie des femmes avec déficience visuelle avec Jessica Tuomela et sa nouvelle guide, Marianne Hogan. Les Canadiennes ont tout donné dans la course pour remporter leur première médaille de la série mondiale de paratriathlon ensemble avec le bronze.

C’était une deuxième médaille de Tuomela en série mondiale de paratriathlon. La première avait été remportée l’an dernier à Edmonton.

« En ce moment, je me sens dégoûtante, mais ça veut dire que j’ai bien fait, » a dit Tuomela en riant. « En arrivant ici nous étions vraiment calmes et en confiance après le bloc d’entraînement des derniers mois. J’avais juste hâte de sauter à l’eau et donner tout ce que j’avais. »

C’est exactement ce qu’a fait la paratriathlète en développement de Sault Ste. Marie en Ontario.

Après avoir mené le peloton pendant 750 mètres à la nage, une distance que la triple paralympienne en natation fait sur le circuit de paratriathlon élite, le duo canadien est passé à la vitesse supérieure pour le parcours de vélo très rapide.

« C’était vraiment cool d’être sur la piste de Formule 1 et de simplement rouler. Je ne sais pas à quelle vitesse on allait, mais on avait l’impression de voler, » a dit Tuomela. « Sur les parcours très techniques, je ne peux pas autant participer à la prise de décision, mais aujourd’hui, sur un parcours plat et rapide, je pouvais contribuer beaucoup plus physiquement et ça nous a permis de travailler plus fort ensemble. »

En première place en transition du vélo à la course, Hogan, de Montréal, a guidé Tuomela dans les rues de sa ville natale pour une finale enlevante contre l’Espagne et la Grande-Bretagne.

Susana Rodriguez, d’Espagne, a été la première a rattrapé les Canadiennes sr le parcours de cinq kilomètres et n’a plus jeté de regard en arrière, finissant avec un temps en or de 1:08.32. Alison Peasgood, de Grande-Bretagne, a rattrapé les Canadiennes en fin de course et a terminé 80 mètres devant pour l’argent en 1:15.04.

« C’était vraiment bien de se battre et de rester dans le peloton aujourd’hui. Je me sentais forte pendant toute la course, » explique Tuomela. « Nous étions assez proches, c’est génial de voir que le sport se développe. La compétition est relevée et tout le monde performe, alors ce résultat me motive à retourner à l’entraînement pour le prochain bloc. »

À sa deuxième saison au niveau international, Kamylle Frenette a obtenu la quatrième place chez les femmes debout. L’athlète de 22 ans de Dieppe, au Nouveau-Brunswick, a terminé à moins d’une minute du podium en un temps de 1:10.11.0.

Claire Cashmore, de Grande-Bretagne, a remporté l’or en 1:06.12.9.

Jon Dunkerley, d’Ottawa, et son guide James Cook, de Summerland, en Colombie-Britannique, se sont retrouvés en huitième place chez les hommes avec déficience visuelle en 1:05.27.1.

La série mondiale de paratriathlon se poursuit samedi à Montréal avec les épreuves d’élite masculines et féminines.

Résultats complets de la série mondiale de paratriathlon : https://www.triathlon.org/results/result/2019_montreal_itu_world_paratriathlon_series

À PROPOS DE TRIATHLON CANADA 

Triathlon Canada est l’organisme directeur du sport au pays. Des athlètes, des entraîneurs et des officiels de la base jusqu’à l’élite forment les plus de 22 000 membres de Triathlon Canada. Avec le soutien de ses précieux partenaires corporatifs – 94 FORWARD, 2XU Canada, Training Peaks, Zizu Optics, Subaru Canada – ainsi que le gouvernement du Canada, le Comité olympique canadien, le Comité paralympique canadien et À nous le podium, Triathlon Canada développe des champions olympiques, paralympiques et mondiaux dans toutes les disciplines. Pour plus d’informations sur Triathlon Canada, veuillez nous rendre visite sur www.triathloncanada.com.

 

Pin It on Pinterest