Le Canadien Stefan Daniel remporte le Championnat du monde de paratriathlon aux Pays-Bas

ROTTERDAM, Pays-Bas—Le Canadien Stefan Daniel est une fois de plus le roi du paratriathlon après avoir remporté la catégorie PTS5 au Championnat du monde à Rotterdam, aux Pays-Bas, vendredi.

Le Calgarien de 20 ans, qui a remporté son premier titre mondial en 2015, avait pour mission de reprendre son titre après avoir été forcé de se contenter de la médaille d’argent derrière son rival, l’Allemand Martin Schulz, lors des débuts paralympiques du sport il y a un an.

Daniel s’est mis au travail à Rotterdam et a pris les choses en main en pulvérisant sa concurrence avec un temps de 1:01:20 à l’épreuve de distance sprint.

« Cela s’est très bien passé. J’ai essayé de rester avec Martin Schulz à la nage et j’ai réussi », a déclaré Daniel, qui a ajouté que la course a été retardée d’une heure en raison des conditions météorologiques pluvieuses. « Je suis resté prudent. C’était technique et mouillé là-bas, alors j’ai essayé de rester sur le vélo et en contact. »

Avec la pluie s’arrêtant 30 minutes avant la course, Daniel a eu à faire face à un pavé mouillé et à du vent et des conditions froides. Il est sorti de la nage de 750 mètres parmi un groupe de trois, dont Schulz, à 20 secondes du Britannique George Peasgood.

Les conditions météorologiques difficiles de la semaine ont empêché le Canadien de s’entraîner sur le parcours cycliste sinueux avant la course, mais Daniel a suivi le plan de match mis en place par son entraîneure au Centre national de performance, Carolyn Murray, tout au long du parcours de 20 kilomètres.

« Ce fut un défi. Je ne croyais pas qu’il était sécuritaire de rouler cette semaine, donc nous ne l’avons pas fait. C’était la première fois que je faisais le parcours, alors j’ai vraiment dû le comprendre au premier tour. C’était bien. Tout était bon et j’ai pu faire une bon étape », a déclaré Daniel.

Dépassant lentement Schulz et Peasgood, Daniel a pris la tête dans la deuxième transition et a laissé ses jambes courir sur le parcours de cinq kilomètres dans les rues de Rotterdam.

« Le but était vraiment de rester (sur le vélo) et de garder contact. Je me suis dirigé vers T2 en premier et je savais tout de suite que j’avais les jambes alors j’étais content. »

Avec le champion paralympique Schulz sorti de la course à mi-parcours du deuxième tour, il était clair que ce serait la journée de Daniel.

Le médaillé de bronze paralympique, l’Espagnol Jairo Ruiz Lopez, a terminé deux minutes plus tard en deuxième place avec 1:03:21. L’Américain, Chris Hammer, a gagné le bronze avec un temps de 1:03:44.

La victoire pour Daniel est un autre chapitre au livre de la carrière cendrillon du jeune homme né avec des mains botes radiales bilatérales, avec son bras droit beaucoup plus affecté.

Élevé dans une famille sportive qui partage une passion pour la natation, le vélo et la course, Daniel a commencé le triathlon il y a cinq ans. Il s’est d’abord fait connaître sur la scène mondiale du triathlon en remportant une médaille de bronze (2013) et d’argent (2014) lors de ses deux premières apparitions aux Championnats du monde.

Mais c’est en 2015 qu’il a vraiment fait sa marque mondiale pendant une saison presque invincible. Il a remporté son premier titre à une prestigieuse course internationale de para-triathlon, en ne comptant pas les Jeux paralympiques, à Chicago, et a décroché trois médailles d’or et une médaille d’argent pendant l’été, en compétition dans la classification la plus difficile du monde du paratriathlon. Pour compléter sa saison de rêve il y a deux ans, il a défié le destin pour remporter le titre de champion canadien junior de la catégorie valide à Magog, au Québec.

Mais chaque étape du périple vers le podium de cette étoile montante a toujours été entravée par une seule personne, l’Allemand Martin Schulz.

Schulz a été le meilleur en gagnant les Jeux paralympiques de 2016, obligeant Daniel à commencer une nouvelle mission au cours de la dernière année pour reprendre le titre mondial.

« C’était un peu décevant de ne pas gagner à Rio et je suis heureux de pouvoir reprendre ce titre de 2015 », a déclaré Daniel. «Je me suis bien entraîné toute l’année. J’étais vraiment en forme et je suis content d’avoir pu exécuter aujourd’hui. »

Résultats détaillés de la catégorie masculine PTS5 de paratriathlon: https://www.triathlon.org/results/result/2017_itu_world_triathlon_grand_final_rotterdam/310524

Pendant ce temps, Jessica Tuomela, de Sault Ste. Marie, en Ontario, et son guide, Ellen Pennock, de Calgary, ont également représenté l’unifolié aux Championnats du monde de paratriathlon dans la catégorie féminine avec déficience visuelle.

À leur première apparition aux championnats du monde, Tuomela, âgée de 34 ans, a enregistré le sixième temps avec 1:20:41.

L’Australienne Katie Kelly a remporté le classement avec un temps de 1:13:48. L’Espagnole Susana Rodriguez a terminé deuxième à 1:15:02. Melissa Reid, de Grande-Bretagne, a remporté la médaille de bronze avec un temps de 1:17:05.

Résultats détaillés de la catégorie féminine PTVI de paratriathlon

http://www.triathlon.org/results/result/2017_itu_world_triathlon_grand_final_rotterdam/310527

Triathlon Canada est l’organisme directeur du triathlon au pays. Les plus de 22 000 membres de Triathlon Canada comprennent des athlètes, entraîneurs et officiels, de la base à l’élite. Avec le soutien de ses précieux partenaires – Training Peaks, Project, Zizu Optics, Flight Centre, et Polar – Triathlon Canada développe, en collaboration avec le gouvernement du Canada, le Comité olympique canadien, le Comité paralympique canadien et À nous le podium, des champions olympiques, paralympiques et mondiaux dans toutes les disciplines compétitives. Pour de plus amples renseignements sur Triathlon Canada, visitez notre site Web au www.triathloncanada.com.

 

Pin It on Pinterest