La Canadienne Melanie McQuaid couronnée championne du monde de cross-triathlon

PENTICTON, C.-B.— Le Mexicain Francisco Serrano et la Canadienne Melanie McQuaid ont été nommées champions du monde de cross-triathlon ITU 2017 à Penticton, sur l’un des parcours les plus magnifiques et les plus pittoresques que le sport a à offrir.

Serrano a remporté son premier titre mondial de l’épreuve masculine après une sérieuse remontée à l’étape de course qui lui a permis de dépasser le meneur de la journée sur le tapis bleu pour franchir l’arrivée. L’Espagnol Ruben Rufaza l’a accompagné sur le podium pour la médaille d’argent, tandis que le bronze est allé au Néo-Zélandais Kyle Smith, qui a remporté la troisième médaille élite, mais également le titre de champion du monde U23 puisqu’il a été le premier athlète de la catégorie à terminer.

La victoire de McQuaid était un retour au sommet pour elle, après avoir remporté pour la première fois le titre de cross ITU en 2011. Six ans plus tard, elle a effectué toute une performance du début à la fin pour remporter son deuxième titre et plus encore, en sol natal. La deuxième place est allée à Jacqueline Slack de Grande-Bretagne et le bronze a été remporté par Ladina Buss (SUI).

Résumé de l’épreuve féminine
Avec un départ cinq minutes après les hommes, la concurrence féminine était composée de plusieurs athlètes XTERRA et hors-piste qui se disputaient les titres.

L’étape de nage de 1,5 km qui s’est déroulée dans l’eau calme du lac Okanagan, a creusé un écart au sein du groupe. Quatre meneuses sont sorties de l’eau en premier, y compris Slack, McQuaid, Suzanne Snyder (USA) et l’Espagnole Laura Gomez Ramon, et elles avaient une avance importante sur le reste du groupe.

Cependant, alors que le quatuor franchissait la première transition ensemble, une fois rendue sur les sentiers de terre du parcours de vélo, McQuaid a réussi à dépasser ses adversaires pour prendre la tête.

Peut-être que c’était les encouragements ou l’élan de savoir qu’elle concourait dans son pays d’origine, mais McQuaid a décollé avec puissance et n’a jamais ralenti. Elle a parcouru le parcours difficile et technique qui a traversé les sentiers de l’arrière-pays, ne ralentissant jamais pour permettre à ses concurrentes de la rattraper.

Une fois la deuxième étape de l’épreuve franchie, elle est descendue vers la zone de transition et était invincible grâce à un avantage que personne ne pouvait toucher. Elle a ensuite creusé son avance au segment de course, où elle excelle tout autant.

Les sentiers sinueux et descendants du parcours ne l’ont même pas ralentie et elle a continué jusqu’à la ligne d’arrivée pour saisir le ruban et remporter son deuxième titre mondial en sept ans.

McQuaid a déclaré: «Je pense que c’est vraiment spécial de pouvoir gagner un championnat du monde dans son pays d’origine parce qu’il y a un soutien supplémentaire et plus de membres de votre famille et de vos amis, alors c’est génial. »

« J’ai dit à mon entraîneur Kelly que ceci était le parcours de championnat du monde que je souhaitais lorsque je me concentrais sur la discipline sur sentier, alors je savais vraiment que ce serait un excellent parcours pour moi. Ensuite, ça a été une des ces journées magiques où j’avais tellement de plaisir, rien ne faisait mal et j’adorais ça. »

Slack a franchi la ligne pour prendre la deuxième place, forte d’une bonne performance où elle a été la meneuse à l’étape de nage et est restée dans le groupe de chasse principal sur le vélo et à la course. La troisième place est allée à Buss, qui, malgré le retard à la natation, a rattrapé le groupe et réussi à monter sur le podium.

 

Résumé de l’épreuve masculine
La compétition masculine regorgeait de talent, alors que d’anciens médaillés mondiaux se sont alignés au départ. Ils ont commencé la journée en tant que premier groupe à tester le parcours et, au fur et à mesure que le tambour de départ battait, sont entrés dans l’eau pour prendre le départ depuis la plage. En parcourant les eaux bleues et claires du lac Okanagan, les 1,5 km de nage ont étiré le groupe entrant dans la première zone de transition. Smith a été le premier à quitter les eaux, suivi de l’Australien Ben Allen et du Français Brice Daubord, avec le reste du groupe suivant derrière.

Après une T1 rapide, les athlètes de tête se sont dirigés vers le parcours de 31 km qui les ont fait passer à travers des paysages de vignobles, jusqu’à un sentier à voie simple dans la forêt pour admirer les points de vue du lac plus bas.

Alors que Rufaza faisait partie du groupe de poursuite à la nage, il a rapidement complété le parcours de vélo de montagne et s’est hissé au poste de meneur de la course. En tant que triple détenteur de la couronne, il semblait avoir la force pour remporter son quatrième titre consécutif à Penticton. Donc, quand il s’est dirigé vers la deuxième transition, il avait une bonne avance de plus de 30 secondes sur les chasseurs derrière.

Tout près derrière et poussant pour les deux autres places sur le podium était le trio d’Allen, Smith et Serrano entrant en T2 ensemble.

Après avoir accroché leurs vélos, les hommes se sont dirigés vers une grande côte et sur le sentier de terre pour la course de 8 km. Parcourant de petites collines et foulant des formations argileuses, même vers le bord du lac pour traverser des sections humides, les hommes élite ont fait quelques changements au classement des médailles.

Serrano a rattrapé Rufaza et, pour la première fois depuis trois ans, a couru devant lui et a pris la tête. Son dernier effort a payé et il a franchi la ligne d’arrivée pour remporter le titre mondial pour la première fois dans sa carrière.

Serrano a déclaré: « Je ne peux pas le croire, c’est un sentiment fantastique. J’ai beaucoup travaillé pour ça, je me suis entraîné pour ça. J’étais convaincu que j’allais avoir une excellente course, j’ai eu une bonne préparation. Tout s’est bien déroulé. Une fois que je suis arrivé à Penticton, tout est tellement beau, chaque détail a été génial; la maison était bien, le lit était parfait, la nourriture était excellente, l’entraînement était parfait, aucune chute, aucun problème mécanique pour la course. Pendant la course, chaque détail s’est placé comme il devait et j’ai remporté la victoire. Je n’étais pas sûr d’être capable de battre Ruben (Rufaza), je ne l’avais jamais battu. Donc, aujourd’hui, c’est une bonne journée pour terminer devant lui. »

Rufaza a dû se contenter de la médaille d’argent tandis que le bronze est allé à Smith qui a dépassé Allen pour obtenir la dernière place sur le podium. Bien que Smith était inscrit en catégorie U23, parce que les athlètes élites et U23 on pris le départ ensemble, il était éligible à obtenir les honneurs élites, tout en étant couronné champion du monde U23.

U23/Junior
Le podium masculin U23 a été décerné à Kyle Smith (NZL), Marcello Ugazio (ITA) et Arthur Forissier (FRA). Alors que le podium junior masculin était composé d’Alec Davison (AUS), suivi de Tate Haugan (CAN) et Filippo Pradella (ITA).

Du côté féminin, la couronne U23 est allée à Penny Slater (AUS) suivie de Laura Gomez Ramon (ESP). Le titre junior a été remporté par Holly Henry (CAN), suivie par Bridget Theunissen (RSA) et Marta Menditto (ITA).

 

Pin It on Pinterest