Des crampes viennent bloquer les espoirs de médailles de Tyler Mislawchuk au triathlon masculin aux Jeux olympiques de Tokyo

TOKYO —La stratégie du Canada, qui était d’utiliser Matthew Sharpe pour aider Tyler Mislawchuk lors des deux premiers segments du triathlon masculin, a parfaitement fonctionné aux Jeux olympiques de Tokyo.

Mais ils n’avaient pas prévu une crampe.

Mislawchuk a terminé au 15e rang en une heure 46 minutes et 28 secondes après sa course le long de la baie de Tokyo lundi matin, le même classement qu’aux Jeux de Rio. Sharpe est arrivé au 49e rang en 1:57.32.

« Il y a des choses qu’on ne peut simplement pas contrôler. Nous avons contrôlé tout ce que nous avons pu, et ça n’a juste pas marché, » explique Mislawchuk tout de suite après sa course. « On ne peut se permettre aucune erreur si on veut gagner aux Olympiques. Et on ne peut certainement pas avoir une crampe. »

Mislawchuk, d’Oak Bluff, Man., avait également terminé 15e aux Jeux de Rio. Les officiels de l’équipe canadienne avaient des espoirs de médaille pour ces Jeux après la victoire de Mislawchuk lors de la compétition préparatoire à la Base nautique d’Odaiba en 1:49.51 il y a deux ans.

Malgré une amélioration de presque trois minutes de demi par rapport à la compétition préparatoire, ça n’a pas été suffisant contre l’élite mondiale.

« Je vais le dire platement, c’est vraiment décevant, » dit Mislawchuk. « C’est décevant pour moi, mon entraîneur, mes partenaires d’entraînement, tous ceux qui m’ont aidé au cours des 10 dernières années. Je suis venu ici pour gagner et honnêtement, n’importe quel autre résultat m’aurait déçu, mais cette défaite est déchirante. »

Mislawchuk était neuvième en sortant de l’eau après 17:50, 11 secondes seulement derrière le meneur. Sharpe était à six secondes derrière son coéquipier après la nage de 1,5 kilomètre.

Les Canadiens ont très bien performé à vélo; Sharpe donnait le rythme à son partenaire, ce qui a permis à Mislawchuk de rester dans son sillon pour la majeure partie des 40 kilomètres. La paire se trouvait en tête du groupe pour une bonne partie du vélo, avec Sharpe qui se trouvait au 2e rang après 30 kilomètres et Mislawchuk en 5e.

« Ma tâche était de le (Mislawchuk) garder en bonne position pour la nage et le vélo, » explique Sharpe. « Malheureusement, la nage n’a pas été comme je le voulais, j’ai été pris au début dans une mauvaise position. Je l’ai retrouvé en vélo et j’ai été à l’avant pour le garder le plus possible à l’abri des problèmes. »

Les deux Canadiens ont reculé dans le groupe avant la deuxième transition. Sharpe a expliqué après la course qu’il n’avait plus rien. Mislawchuk a ajouté que les choses ont empiré après le premier des 10 kilomètres à la course, lorsque son corps lui a fait défaut.

« J’ai eu des crampes qui m’ont paralysé, » explique Mislawchuk. « J’avais des crampes à quelques endroits différents, et quand ça arrive, ça nous paralyse. »

Après avoir accompli sa tâche, Sharpe était heureux de traverser la ligne d’arrivée. Il a terminé au dernier rang après l’abandon de deux athlètes parmi les 51 inscrits.

« Mon but était simplement de finir, » explique Sharpe. « J’aurais fini en marchant s’il l’avait fallu. »

« Je suis déçu qu’on n’ait pas atteint notre objectif aujourd’hui, mais ça ne venait pas d’un manque d’effort ou de sacrifice. Il y a des jours comme ça. »

Joanna Brown de Carp, en Ontario, et Amelie Kretz de Blainville, au Québec, participeront à l’épreuve féminine mardi matin.

Les quatre Canadiens seront en action samedi pour le relais mixte.

Cet article de la Presse canadienne a été publié le 26 juillet 2021.

John Chidley-Hill, La Presse canadienne

 

Nation Triathlon Canada. Nous voulons. Nous pouvons. Ne manquez jamais une mise à jour.

commanditaires

Pin It on Pinterest