Tyler Mislawchuk remporte une médaille d’or historique à la Série mondiale de triathlon sur le parcours olympique de 2020

TOKYO, Japon—Tyler Mislawchuk a inscrit son nom dans les livres d’histoire en tant que premier Canadien à remporter une course de la Série mondiale de triathlon après avoir dépassé les meilleurs noms du sport avec une performance médaillée d’or à l’épreuve préparatoire olympique de Tokyo, au Japon, vendredi.

Le jeune athlète de 23 ans a fait une étape importante dans sa progression vers la réalisation de son rêve ultime de monter sur le podium olympique après avoir battu le Norvégien Casper Stornes dans un sprint final des plus excitants. Le résident d’Oak Bluff, au Manitoba, a réalisé un temps de 1:49:51 à l’épreuve de distance olympique.

« Je n’arrive pas à y croire », a dit Mislawchuk. « C’est la course la plus importante à part les Jeux olympiques pour moi, donc c’est incroyable »

« C’est une grande victoire pour Tyler et l’entraîneur Jono Hall. L’équipe a perfectionné notre plan de match et a livré une performance en or pour le Canada », a déclaré Eugene Liang, qui a été nommé directeur de la haute performance de Triathlon Canada en 2016 dans le but de reconstruire le programme de triathlon de la base jusqu’à l’élite. « Ce résultat confirme notre volonté de poursuivre sur la voie du succès à Tokyo 2020, mais aussi dans la perspective de 2024. Nous continuons à maximiser notre potentiel, et c’est positif de voir s’établir une culture d’excellence. »

Plus tôt cet été, Mislawchuk est devenu le premier Canadien à monter sur le podium de la Série mondiale de triathlon en remportant le bronze en sol canadien à Montréal. Joanna Brown a également remporté une médaille de bronze plus tôt cette année dans la série de triathlon élite aux Bermudes.

Deux autres Canadiennes sont également montées sur le podium de triathlon le plus prestigieux au monde. Paula Findlay est la seule autre Canadienne à être montée sur la plus haute march du podium des 10 ans d’histoire de la Série mondiale de triathlon. L’athlète d »Edmonton a remporté cinq courses de la Série mondiale de triathlon lors des saisons 2010 et 2011.  Kirsten Sweetland a remporté une médaille de bronze en 2014 à Hambourg, en Allemagne.

« J’ai pensé (à l’approche de la ligne d’arrivée) que je n’aurais peut-être plus jamais la chance de gagner une course d’envergure, alors je dois saisir l’occasion maintenant. Je le voulais plus que tout aujourd’hui. »

Mislawchuk et son compatriote canadien, Matt Sharpe, sont sortis de l’eau en neuvième et 11e places respectivement après avoir parcouru les deux tours du parcours de 1,5 kilomètre à la nage pour s’installer en bonne position pour contrôler le peloton pour les 40 kilomètres de vélo.

Mislawchuk s’est rapidement emparé de la tête du peloton de 65 athlètes qui se sont distancés au cours du premier des huit tours du parcours de vélo, les Canadiens ont joué de tactique dans le groupe de tête – contrôlant le rythme et conservant leurs jambes pour la course de 10 kilomètres dans des conditions de chaleur intense et de vent.

Aux côtés de son compatriote Matt Sharpe (Victoria), qui a été excellent à la nage et sur le vélo, le duo canadien est arrivé en deuxième transition en huitième place.

« J’avais de bonnes jambes durant la course et je dois remercier les gars qui m’ont aidé. Nous avons bien travaillé en équipe et je n’aurais pas pu le faire sans eux, » a dit Mislawchuk.

Mislawchuk a détaché son casque de vélo, a enfilé ses chaussures de course et a été le deuxième à quitter le tapis bleu, s’élançant sur le premier des trois tours du parcours de course.

L’athlète issu de Triathlon Manitoba était parfaitement en contrôle alors qu’il courait avec un groupe de tête de sept athlètes après le premier des trois tours. Le peloton s’est réduit à cinq au deuxième tour, mais dans la dernière boucle, c’est devenu une course à trois pour déterminer la couleur des médailles alors que Mislawhuk s’est retrouvé nez à nez avec le Norvégien Caper Stornes et le Néo-zélandais Hayden Wilde.

Mislawchuk et Stornes ont largué Wilde à deux kilomètres de l’arrivée, où ils ont couru ensemble jusque dans le dernier droit, lorsque le Canadien a bondi vers l’avant pour être le premier à traverser le ruban de l’arrivée.

« Nous nous sommes préparés spécifiquement pour ça. Hayden (Wilde) et moi nous sommes soutenus l’un l’autre tout au long du parcours. Nous savions que nous pouvions remporter des médailles si nous travaillions ensemble », a ajouté Mislawchuk. « Ça s’est joué au sprint et j’avais les jambes. »

Stornes a terminé quatre secondes derrière Mislawchuk avec un chrono de 1:49:55. Wilde a célébré sa troisième place avec un temps de 1:50:03.

Matt Sharpe et Alexis Lepage (Gatineau, Qc) n’ont pas terminé la course.

La route a été longue jusqu’au sommet du classement international pour Mislawchuk après une 15e place aux Jeux olympiques d’été de 2016 – une course qui a mis fin à une année au cours de laquelle il s’est classé quatre fois parmi les 10 premiers.

Au cours de la saison qui a suivi les Jeux olympiques, il a eu de la difficulté à se hisser dans le top 10 alors qu’il était contraint par une blessure à une jambe.

À seulement 11 mois du départ aux Jeux olympiques, Mislawchuk connaît une saison de rêve grâce à sa patience et à son arrivée au Centre national de performance de Triathlon Canada l’an dernier pour travailler sous la direction de l’entraîneur chef Jono Hall.

Fidèle à son engagement, Mislawchuk est devenu, plus tôt cet été, le premier Canadien en six ans à entendre l’hymne canadien après avoir gagné la course de triathlon de la Coupe du monde à Moolooloolaba, en Australie. Il a ajouté une autre victoire en Coupe du monde à son palmarès au début du mois de juin à Huatulco, au Mexique, avant sa première victoire en Série mondiale de triathlon à la fin du mois.

« Les années difficiles t’obligent à une introspection. Je ne serais pas ici aujourd’hui sans cette année difficile », a-t-il dit. « Ça te fait réaliser à quel point tu aimes ce sport. Ces moments en valent la peine. Je n’ai aucun doute que j’aurai de mauvaises et de bonnes courses à l’avenir, mais il faut profiter de ces moments parce qu’ils ne se présentent pas tout le temps. »

Triathlon Canada a profité pleinement de l’épreuve préparatoire de Tokyo pour simuler ses préparatifs en vue des Jeux olympiques et paralympiques d’été de 2020. Entourés d’un solide groupe de soutien de l’Institut canadien du sport du Pacifique, les Canadiens ont passé cette semaine, comme ils le feront l’été prochain avant les Jeux, à Miyazaki, ce qui leur a permis de s’acclimater et de terminer leur préparation de course dans des conditions d’entraînement idéales.

« S’il y a un parcours sur lequel on veut réussir cette année, c’est ce parcours, a dit Mislawchuk. « Maintenant, nous savons aussi comment nous préparer pour l’année prochaine. Je dois remercier tous mes partisans qui m’ont entouré tout au long de ce périple, et les gens qui croient en moi. C’est un grand moment pour tout le monde dans mon entourage. »

L’épreuve préparatoire de Tokyo se poursuit samedi avec les courses de para-triathlon.

Résultats complets de la Série mondiale de triathlon:

https://www.triathlon.org/results/result/2019_tokyo_itu_world_olympic_qualification_event/337764

À PROPOS DE TRIATHLON CANADA

Triathlon Canada est l’organisme directeur du sport au pays. Des athlètes, des entraîneurs et des officiels de la base jusqu’à l’élite forment les plus de 22 000 membres de Triathlon Canada. Avec le soutien de ses précieux partenaires corporatifs – 94 FORWARD, 2XU Canada, Training Peaks, Zizu Optics, Subaru Canada – ainsi que le gouvernement du Canada, le Comité olympique canadien, le Comité paralympique canadien et À nous le podium, Triathlon Canada développe des champions olympiques, paralympiques et mondiaux dans toutes les disciplines. Pour plus d’informations sur Triathlon Canada, veuillez nous rendre visite sur  www.triathloncanada.com.

 

Pin It on Pinterest